El-jaida

Je n’ai entendu que du bien sur ce film. Les médias et les réseaux sociaux lui font que des éloges.
Je suis passé la semaine dernière pour avoir un billet et je l’ai trouvé complet pour le reste de la semaine. C’est clair, ce film est un succès.
De mon point de vue, je tenais à voir ce film qui évoque un fait de l’histoire Tunisienne, cette institution du type carcéral, Dar Joued, qui a fait du mal à tant de femmes jusqu’au début du 20e siècle.
Elles y étaient littéralement incarcérées et vivaient comme des servantes, des prisonnières.

Donc, sur le papier, et avec le dénouement des spectateurs, je devrais, coute que coute, allez voir ce film de la réalisatrice Salma Baccar.
J’ai réussi à avoir des billets et je suis passé le voir, hier, à la salle de cinéma ciné Jamil au Menzah 6.

Quelle déception !

À part le cadre historique bien fait qui nous envoie à cette époque de notre histoire, tout le reste est une suite de ratages.
J’avais envie de quitter la salle tellement les minutes passaient comme des heures.
Voir, pendant une dizaine de minutes, des pieds de femmes sur grand écran c’est vraiment de la torture.
Cette obstination des réalisateurs tunisiens à utiliser des cadres et des prises de vus trop complexes, afin de montrer leur supériorité artistique, n’est plus de notre temps.
Passer la moitié du film à nous expliquer les raisons qui ont conduit ces 4 femmes à cette institution correctionnelle, accompagnés d’un jeu d’acteur théâtrale au dessous de la moyenne et des dialogues sans vie, nous plonge dans un ennui mortel. D’une lassitude sans fin.

Ce qui se passe après à l’intérieur de Dar Joued est d’une banalité qui efface cette image terrifiante de ce terrible endroit. En regardant ce qui s’y passe on a presque envie d’y passer quelques temps. C’est peut-être le côté artistique que le commun des mortels ne saisie pas.
Tout ça sans parler des interventions sporadiques de quelques acteurs connus qui n’a, finalement, ni queues ni tête et se rapproche même du ridicule.

Le film a aussi un gros problème temporel qui nous laisse perplexes pendant une  dizaine de minutes au début du film et à la fin. « Après 50 ans » on voit la même  actrice principale, qui n’a pris aucune ride, en train de passer un message politique à la chambre du parlement !!!.

À la fin, en théorie le sujet du film était prometteur, sur grand écran c’est un échec cuisant.
Allez-le voir si vous voulez, c’est toujours sympathique d’aller au cinéma. Je vous conseille de vous armer de nerf d’acier.

http://efigure.net/wp-content/uploads/2017/12/El-jaida.pnghttp://efigure.net/wp-content/uploads/2017/12/El-jaida-150x150.pngImed FakhriActualitésCulturellesEl jaida,Salma Baccar,الجايدةJe n’ai entendu que du bien sur ce film. Les médias et les réseaux sociaux lui font que des éloges. Je suis passé la semaine dernière pour avoir un billet et je l’ai trouvé complet pour le reste de la semaine. C’est clair, ce film est un succès. De mon point...Le site où figure l'information

Votre commentaire