Les frontières du ciel (chbabek el Janna شبابك الجنة)

Je suis perplexe, mais je vais dire ce que je pense sur ce long métrage de Fares Naânaâ.
Les frontières du ciel ou (Chbabek el Janna شبابك الجنة), on en parle partout depuis deux semaines. C’est le film événement des JCC et après les JCC.

La tentation

On le décrit partout (Radios et TV) comme un des meilleurs films du cinéma Tunisien on l’assimile presque à une révolution cinématographique. C’est « The movie » de l’année. Naturellement ça anime notre curiosité, en tout cas la mienne cinéphile comme je suis.
Moi qui avais juré de ne plus perdre mon temps et mon argent à regarder des films Tunisiens. Je n’ai pas pu résister à la tentation d’aller voir, les frontières du ciel.
Tous les invités des émissions culturelles disent du bien du film, du réalisateur, de l’originalité du scénario, du jeu d’acteur et j’en passe.
De mon côté il y a un seul détail qui m’a poussé à aller le voir. C’est la simplicité de l’histoire.
Un jeune couple qui vivait heureux jusqu’à  l’avènement d’un drame qui bouleversa leur existence. Il faut reconnaître que c’est intrigant.
Pour assurer, encore plus, mes arrières j’ai faits une recherche sur le net pour voir les avis des sites spécialisés et des internautes.  Nada!
Peu de réactivité sur la page Facebook du film, du copier-coller du même article sur le net. C’est désolant et je ferme cette parenthèse.
Revenons à nos moutons, ma décision est prise, il fallait que j’aille le voir. C’est peut-être le film qui changera ma vision du cinéma et des cinéastes Tunisiens (même si ma vision est insignifiante).

Toutes les salles de cinéma qui projetaient ce film affichaient complet. Les tickets s’arrachaient comme des petits pins. En tout cas, j’ai réussi à avoir deux billets (pour moi et ma femme) de justesse.
La salle de la Hambra au zaphyr etait archi-complète. D’ailleurs, j’ai vu le film sur un siège en plastique. Peu importe, je ne cherchais pas le confort, je venais pour le plaisir de regarder un bon film.

La déception

Le choc de ma vie, malgré tous mes efforts, je n’arrivais pas à suivre le film, je ne comprenais pas ce que s’y passe. J’’attendais le tragique événement qui ne venait pas. Il est passé sans que je me rende compte. C’est fait exprès c’est de l’art !
Ma femme m’a dit qu’ils ont perdu, leur fille. Je lui ai répondu surpris où?! Quand ?!
Bref c’est un détail mais la suite est du charabia sans queue ni tête. Le film de 83 minutes dura une éternité.
Très peu de dialogues, on dirait un film muet ! C’est aussi fait exprès, c’est de l’art ! C’est pour montrer les émotions !
Ajoutant à ça le sexe et l’alcool, apparemment ingrédient important au cinéma Tunisien.
Pourtant on pourrait très bien montrer un couple heureux ou en désespoir sans sexe ni alcool.
D’ailleurs, j’admire la prouesse de nos réalisateurs qui font d’une histoire aussi simple, aussi classique, une suite d’événements aussi complexes, incompréhensibles et ennuyante.

Ensuite, tout le monde s’étonne que ni  le film, ni le réalisateur ni les acteurs n’aient  été récompensés au JCC ? C’est normal il n’y a rien à récompenser.

Je suis désolé d’être si dur, mais je suis en colère car qui j’ai l’impression d’être encore une fois, fait arnaqué.
Les médias et toute la communication autour « Des frontières du ciel » (Cbabek el Janna شبابك الجنة), l’ont présenté comme le film qui changera tout. En réalité, il s’agit d’un film qui tombera rapidement dans les oubliettes. D’ailleurs, je suis sûr que ceux qui ont parlé de « Les frontières du ciel » ces deux dernières semaines, ne l’avait pas encore vu.
Pour finir, si vous hésiter à aller voir ce film ou si vous n’avez pas trouvé de tickets, je vous conseille de passer votre chemin. Vous ne raterez rien. Allez voir un autre. « Le pont des espions » parait une bonne alternative.
Je profite, aussi, de ce moment pour redire encore une fois à la sphère cinématographique Tunisienne : « Arrêtez de prendre le spectateur pour un con ».

http://efigure.net/wp-content/uploads/2015/12/Fdc-1024x683.pnghttp://efigure.net/wp-content/uploads/2015/12/Fdc-150x150.pngImed FakhriActualitésCulturellesJe suis perplexe, mais je vais dire ce que je pense sur ce long métrage de Fares Naânaâ. Les frontières du ciel ou (Chbabek el Janna شبابك الجنة), on en parle partout depuis deux semaines. C’est le film événement des JCC et après les JCC. La tentation On le décrit partout (Radios...Le site où figure l'information

Votre commentaire