armes-pétrole-conflit-Libye-2014

Je consacre ce premier article de 2015 à une situation qui se dégrade de plus en plus et se dégradera encore,  aux portes Sud de la Tunisie.
L’affaire Libyenne, intéresse peu les Tunisiens. Mais ce qui se prépare en Libye se compose des mêmes ingrédients de l’Irak post Saddam Hocine et de la Syrie. Un mélange d’armes, de pétrole et une course acharnée au pouvoir.
Comme les mêmes conditions produisent, forcément, les mêmes effets. La situation en Libye Tournera à une vraie guerre sous peu.
En effet, le conflit Libyen se joue entre plusieurs acteurs. Deux gouvernements qui se disputent la légitimité, soutenues par deux puissantes milices, jadis frère d’armes contre Kadhafi, et épaulés par des groupes Islamistes extrémistes.
Ce beau mélange forme trois blocs majeurs qui se disputent cet or noir tant convoité. Il constitue 90% des revenus de la Libye : celui qui aura le contrôle du pétrole contrôlera le pays.

Pour constater la complexité de la situation, il faut voir la composition de chaque bloc :

Bloc 1 : Les forces menées par le Générale Kalifa Haftar
Avec le soutient de la chambre des représentants, gouvernement reconnu par la communauté internationale et exilé à Tobruk (Nord-Est du pays), il mène, depuis  plus de 6 mois, l’opération « Dignité » afin d’éliminer les terroristes du pays. Cette opération s’appuie sur les forces de l’armée régulière et sur la seconde milice la plus importante de la Libye, celle de Zantan. Avec ce dernier, Haftar contrôle, en plus de Tobruk son QG et Bayda (Nord-Est), le Nord-Ouest du pays dont les postes frontaliers avec la Tunisie (Ras-Jdir et Dhehiba).

Bloc 2 : Fajr Libya
Ce mouvement est soutenu par le Congrès générale national (CGN), autorité sortante du pays donc non légitime aux yeux du monde.
Il est composé, aussi, de la milice la plus puissante de la Lybie, celle de Mesrata qu’on appelle aussi « Bouclier de la Libye », composée de plus de 20 000 hommes. Ainsi que plusieurs petits groupes proches des frères musulmans, conduits par le fameux Hakim Belhaj.
Fajr Libya, contrôle la capitale, Tripoli, ainsi que plusieurs villes côtières du Nord-Est de la Libye.

Bloc 3 : Les groupes islamiques extrémistes
Constitués de tous les groupes radicaux dont les deux plus grands sont Ansar al-Charia et Etat Islamique (DAECH). Ils contrôlent les villes côtières du centre du pays jusqu’à Bengazi la capitale de L’Est de la Libye et Derna.
Conflit-en-Libye-2014

Vous l’avez compris, le 3e bloc balancera le rapport des forces à chaque fois qu’il prêtera son soutien armé à l’un des deux autres.

Situation au Sud de la Libye
D’un autre côté, Le Sud du pays vit les mêmes tensions que le nord et le caractère géographique de cette zone ne fait qu’amplifier les choses. Le vaste Sahara qui couvre cette zone, constitue un refuge inespéré et une base arrière pour tous les groupes extrémistes. Surtout pour ceux qui opèrent dans le Nord du mali et pour l’Aqmi.

D’ailleurs, la France affirme que le terroriste Mokhtar Belmokhtar (Chef du groupe Al-Mourabitoune) se refuge dans le Sud-Ouest de la Libye et que cette partie sert de base d’entrainement et une route pour le passage d’armes aux organisations terroristes dans l’Afrique (Boko haram, Aqmi et compagnie).

Pour résumer la situation en Libye en quelques mots : il s’agit d’une situation conflictuelle du nord au sud et de l’est vers l’ouest, menés par plusieurs intervenants et qui touchent tous les fronts. Tout simplement ce qu’il faut pour une bonne guerre civile sur les frontières Tunisiennes. Mais aussi aux frontière Algériennes, Égyptiennes, Nigériennes, Tchadiennes et celles du Soudan.

map-position-Libye
Probable intervention en Libye et impacte sur la Tunisie
Lors du forum de sécurité, tenu à Dakar le 15 décembre 2014, plusieurs chefs d’Etat Africain ont demandé, explicitement, à la France d’intervenir militairement en Libye afin de finir le travail. Ce que la France essaye de faire, d’une manière assez officieuse, en essayant de réunir le plus de monde autour de cette idée, finir de ce que Sarkozy a commencé en 2011.

Sur le plan officiel, Hollande est contre cette intervention. Il l’a confirmé quelques jours avant les attentats terroristes sur Charlie Hebdo et le magasin cacher. Justement, ces dernières actions barbares, changeront peut-être la donne. Aujourd’hui la France a son prétexte, elle pourra se lancer, comme les Etats-Unis en 2001, dans sa propre guerre contre le terrorisme, en commençant par la Libye pour finir le travail inachevé. En gros, faire d’elle « une démocratie »

Mais revenons à la Tunisie. En cas d’une vraie guerre civile et une intervention « internationale » la situation explosera et qu’on le veuille ou pas, nous subirons les effets de cette catastrophe. Arrêt des échanges économiques formels et informels, afflue de réfugiers, infiltration des terroristes, notre force armée sera éparpillée (entre le Sud et l’Ouest), elle sera sûrement, harcelée donc affaiblie.
De plus, la Tunisie sera  cible probable des terroristes pour la punir des facilités, déclarées ou pas,  qu’elle accordera  aux Occidentaux pour soutenir cette intervention.
Donc la Tunisie doit se préparer au pire des scénarios dès maintenant. Le chef de gouvernement, Mehdi Jomaa, confirme qu’on l’est. J’espère,  que c’est vrai.

Sources des images: Wikipedia, google maps

Cet article a été lu

(378)

fois

http://efigure.net/wp-content/uploads/2015/01/armes-petrole-conflit-Libye-2014.jpghttp://efigure.net/wp-content/uploads/2015/01/armes-petrole-conflit-Libye-2014-150x150.jpgImed FakhriAnalyses & Opinions15 décembre 2014,90% des revenus de la Libye,afflue des réfugier Libye,afflue des réfugier Tunisie,Al-Mourabitoune,Ansar al-Charia,Ansar al-Charia Libye,Aqmi,armes,attentats terroristes sur Charlie Hebdo,Bayda,Bayda Libye,Bengazi,Bengazi Lybie,Boko haram,CGN Libye,Charlie Hebdo,conflit Libye,Congrès générale national Libye,DAECH,Dakar,de pétrole et une course acharnée au pouvoir.,Derna,Derna Libye,Dhehiba,Dhehiba Tunisie,Égyptiennes,Etat Islamique,Etat Islamique Libie,Fajr Libya Libye,forum de sécurité,France,frères musulmans Libye,frontière Algériennes,frontières Tunisiennes,Générale Kalifa Haftar,guerre civile Libye,Hakim Belhaj,irak,Kalifa Haftar,L’affaire Libyenne,la chambre des représentants Libye,la Syrie,les postes frontaliers avec la Tunisie,les Tunisiens,Libye,Libye armes,Libye course au pouvoir,Libye guerre,Libye guerre civile,Libye pétrole,libye Tunisie,magasin casher,Maliennes,Mehdi Jomaa,Mesrata,Milice de Mesrata Libye,milicede Zantan,Mokhtar Belmokhtar,Nigériennes,Nord du mali,opération Dignité,or noir,Ras-Jdir,Ras-Jdir Tunisie,réfugiers Lybie,Saddam Hocine,Situation en Libye,Soudan,Sud de la Tunisie,Tchadiennes,terrorisme Libye,Tobruk,Tobruk Libye,Tripoli,Tripoli Libye,ZantanJe consacre ce premier article de 2015 à une situation qui se dégrade de plus en plus et se dégradera encore,  aux portes Sud de la Tunisie. L’affaire Libyenne, intéresse peu les Tunisiens. Mais ce qui se prépare en Libye se compose des mêmes ingrédients de l’Irak post Saddam Hocine...Le site où figure l'information

26total visits,7visits today

Votre commentaire