Salaires_de_la fonction_publique_Tunisie
C’est vrai que tout est dit dans le titre, mais je souhaite en dire davantage. Ces quatre dernières années, la courbe d’évolution de cette rubrique, au budget de l’Etat Tunisien, ne cesse de s’envoler sans précédent. Elle est devenue,  un véritable handicap pour l’avenir du pays. La Tunisie peine depuis la révolution à créer de la richesse et ne cesse d’accumuler les crédits pour rembourser d’autres. De l’autre côté, tous les acteurs ont manifesté un égoïsme irréfléchi face à cette situation en pensant, uniquement, à leur propre intérêt.

Pression de l’UGTT

Par peur  de subir le sort de Ben Ali, les gouvernements, post 14 janvier 2011 ont cédé  à toutes les revendications des différents syndicats de la fonction publique, véritable Hydre de l’UGTT.  Tout le monde n’arrête pas de dire que c’est légitime. Moi, inclue. Mais je pense que c’était, et c’est, mal sein. Pourquoi ?
Tout simplement parce qu’il s’agit de profiter d’une situation de faiblisse par laquelle L’UGTT, via ses moult branches, a su tirer profit pour devenir une véritable force et occuper une place qui n’est pas la sienne.
Au passage, la plupart des salariés ont vu leurs revenus augmentés.

Des politiciens aveuglés par les élections

D’un autre côté, ces mêmes gouvernements, pour les mêmes raisons citées plus haut, ont intégré une centaine de milliers de nouveaux fonctionnaires, dont la majorité est partisane.
La troïka au pouvoir, Ennahdha à leur tête, a fait en sorte de pistonner et ainsi placer leurs hommes et femmes à la fonction publique et à tous les niveaux. Sous prétexte de réduire le chômage, ils ont donné la priorité à ceux qui étaient « punies » par l’ancien régime. Leurs partisans.  Ils ont fait d’une pierre, deux coups.

Un salarié qui joue le jeu

Personne ne crache sur de l’argent en plus à la fin du mois. Pour l’avoir, rien de plus simple, il suffit de ne pas travailler, faire une « grève » (un droit constitutionnel).  En appliquant cette stratégie le salarier obtient son augmentation, mais en plus les arriérés.
Une fois l’idée est implantée dans son esprit par son syndicat, il passe à l’action. Il ne s’arrête qu’à l’acceptation de ses revendications.
Une fois son objectif atteint, il profite de son butin en consommant plus et en s’empruntant encore plus, tout en laissant la main à ces semblables dans une autre administration.

Laissons les chiffres parler  

Voilà que nous nous trouvons, grâce à ces sages décisions et à cet égoïsme, dans une situation très critique qui nous conduira, certainement, vers un scenario Grec mais sans EU pour nous aider.
Pour faire simple, l’Etat Tunisien a collecté 20 390 millions de dinars. Les salaires des fonctionnaires représentent plus de 52% de ces revenus puisqu’ils atteignent  11 197 millions de dinars.

Pour voir l’ampleur des dégâts, il faut voir le tableau, ci-dessous, qui montre l’évolution des salaires sur la dernière décennie.

Evolution-des-salaire-de-la-fonction-publique-Tunisie

Graph-Evolution-des-salaire-de-la-fonction-publique-Tunisie

En effet, les salaires entre 2005 et 2010 ont augmenté de 47.79%, une période de stabilité économique. Alors qu’entre 2010 et 2015 ils ont augmenté de 65.02% durant une situation de chaos économique post révolution.

Cette même masse atteint presque 40% du budget de l’Etat de 2015 qui s’élève à  29 163 millions de dinars. Ce même budget est composé d’uniquement 3 ressources :
– Les recettes fiscales : 20 390 millions de dinars.
– L’argent de la caisse de l’Etat : moins de 1000 millions de dinars.
– Le reste, c’est-à-dire plus 7000 millions de dinars, devront venir  des emprunts que l’Etat Tunisiens doit avoir au cours de 2015. Elle en a eu déjà 1000 millions de dollars le mois dernier.

A plusieurs reprises, les rumeurs de l’incapacité de l’Etat à payer ces fonctionnaires stressent les intéressés et permet à ce problème de refaire surface pour quelques temps. Ce qui me fait peur c’est qu’un jour, certainement non loin, la rumeur deviendra réalité.
Pour rappel, dans une situation qui ressemble à la notre, la Grèce n’a pas pu payer ces fonctionnaires pour plusieurs mois et a mis en place un plan de licenciement qui a débuté avec 25 000 suppressions d’emplois. Pourvue que ça ne sera pas le cas de la Tunisie.

Cet article a été lu [post_view] fois

http://efigure.net/wp-content/uploads/2015/03/Salaires_de_la-fonction_publique_Tunisie1.jpghttp://efigure.net/wp-content/uploads/2015/03/Salaires_de_la-fonction_publique_Tunisie1-150x150.jpgImed FakhriActualitésEconomiques1000 millions de dollars,augmentation de salaire,budget de l’Etat Tunisie de 2015,crédits,créer de la richesse,élections,Etat Tunisien,incapacité de l’Etat,la fonction publique,politiciens,recettes fiscales,salaires de la fonction publique,salarié,Tunisie emprunts,Tunisie évolution des salaires,Tunisie fonction publique,Tunisie grève,UGTTC’est vrai que tout est dit dans le titre, mais je souhaite en dire davantage. Ces quatre dernières années, la courbe d’évolution de cette rubrique, au budget de l’Etat Tunisien, ne cesse de s’envoler sans précédent. Elle est devenue,  un véritable handicap pour l’avenir du pays. La Tunisie peine...Le site où figure l'information

Votre commentaire