beji-caid-essebsi-moncef-marzouki-presidentielle-2014-Tunisie
A quelques jours de la finale des présidentielles de 2014, la question demeure grande. Quel personnage choisir à la tête de la Tunisie ? Qui est parmi Moncef  Marzouki ou Beji Caïd Essebsi, qui représentera le mieux les intérêts de la Tunisie ?
Certes une partie des électeurs s’est fixé sur cette question et sache déjà pour qui elle votera le 21 décembre 2014. Mais il y a une autre partie qui cherche encore une réponse à cette question.
Pour moi c’est clair, si un électeur est encore indécis mais résolu d’aller voter, devra choisir, Beji Caïd Essebsi.

Pourquoi ?

Cette phase de transition que nous, les Tunisiens, avons créée suite aux événements d’avant le 23 octobre 2011 , nous a conduits aujourd’hui face à cette situation. Un choix impossible entre deux hommes qui ont fait du mal, disons indirectement, à la Tunisie. Le premier par sa gestion très contestée, voire catastrophique, durant ces 3 dernières années et le deuxième par sa participation aux deux gouvernements de la dictature sous Bourguiba et de Ben Ali.

Le premier, fervent défenseur des droits de l’homme, est resté absent et mué face à tout ce qui s’est passé durant son règne. Pris en otage, par le parti Ennahdha et mis au frigo dans un poste sans prérogatives, Mohamed Moncef Marzouki a perdu toute sa vivacité d’avant les élections du 23 octobre 2011 et a oublié toutes ses promesses. Ses quelques apparitions, se soldaient, dans la plupart des cas par une moquerie générale ou un début de crise diplomatique pour la Tunisie.
Durant ces 3 ans à la tête du pays, nous avons connu le vrai Moncef  Marzouki,  l’homme exilé à l’étranger et inconnu des Tunisiens.

Le deuxième, grâce à une situation exceptionnelle, s’est retrouvé à la tête d’un gouvernement qu’il  a recomposé et fait, avec lui, un travail remarquable et ce durant, uniquement, 8 mois. En effet, Beji Caïd Essebsi a habilement conduit la crise Libyenne, a parfaitement géré les 1 million de réfugier au Sud du pays, a proposé des solutions économiques ponctuelles mais, surtout, il a organisé les premières élections libres du pays comme il a promis et à la date promise.

Le docteur Moncef El Marzougui  a, durant 3 ans, refusé de mettre la cravate, gracier les criminelles, ouvert le palais de Carthage, viré le gouverneur de la banque centrale qu’il n’a jamais rencontré, créé des crises avec la Syrie et l’Egypte, signé sur une constitution dont il n’a jamais pris part mais surtout il a écrit deux livres.

Suite à ça, le choix paraît évident et Beji Caïd Essebsi l’emporte haut la main. Mais attention, en gagnant les élections présidentielles, lui et son parti monopoliseront le pouvoir. Habile comme il est, cet octogénaire pourra en faire ce qu’il veut.
Au finale, n’oublions pas que c’est nous, les Tunisiens, qui sommes la cause originelle de ce choix impossible.
Soyons, quand même, optimiste et faisons surtout le bon choix. De toutes les façons l’avenir sera nous donné raison.
Ou il confirmera, encore une fois, que nous avions eu tort.
Cet article a été lu

(255)

fois

http://efigure.net/wp-content/uploads/2014/12/beji-caid-essebsi-moncef-marzouki-presidentielle-2014-Tunisie.jpghttp://efigure.net/wp-content/uploads/2014/12/beji-caid-essebsi-moncef-marzouki-presidentielle-2014-Tunisie-150x150.jpgImed FakhriAnalyses & Opinions21 décembre 2014,23 octobre 2011,Beji Caid Essebsi,Essebsi,intérêts de la Tunisie,Moncef El Marzougi,Moncef Marzougi,Moncef Marzouk,présidentielles de 2014,présidentielles de 2014 Tunisie,Tunisie présidentielles 2014A quelques jours de la finale des présidentielles de 2014, la question demeure grande. Quel personnage choisir à la tête de la Tunisie ? Qui est parmi Moncef  Marzouki ou Beji Caïd Essebsi, qui représentera le mieux les intérêts de la Tunisie ? Certes une partie des électeurs s’est fixé sur cette...Le site où figure l'information

4total visits,3visits today

Votre commentaire